Le chemin…

par Dolores Lamarre | le 2 août 2022

Le chemin…

Nous entendons souvent ces expressions : Va ton chemin. Trouve ton chemin. Suis ton chemin… À quel chemin fait-on référence?

Pour moi, c’est celui qui mène au cœur et à la réalisation de la raison pour laquelle nous sommes venus sur cette planète, expérimenter la vie et évoluer spirituellement, au meilleur de soi! C’est une voie naturelle d’éveil en conscience, afin de poser un regard élargi sur l’expérience humaine et en améliorer tant que faire se peut, la qualité et la beauté.

Cedit chemin n’est pas pour autant aisé à trouver. Sa quête demande entre autres l’ouverture, la souplesse de l’esprit, un certain lâcher prise et de veiller à trouver le sens de nos expériences passées, afin de mieux se connaître soi-même et de transformer ce qui est à l’être…

Suivre notre chemin nous mène à la rencontre de notre monde intérieur, émotionnel. Le mouvement des émotions vibre en soi. Il teinte notre vie de soleil ou de grisaille, au rythme de nos pensées. Nos émotions, symbolisées par l’eau, sont en quelque sorte des vagues énergétiques, qui sous le vent parfois nous bousculent et nous contrôlent. Facile alors de perdre le nord et l’ancrage, pourtant si précieux…

Pour certains, il s’avère plus facile de suivre les traces du sentier emprunté par ceux qui les y ont précédé, dans la famille ou arpenté par des personnes qu’elles jugent significatives. Pour d’autres, l’appel du défricheur les guidera vers des chemins, où se cachent l’ennemi intérieur à dé-couvrir, pour avancer avec davantage de clarté.

D’autres personnes chercheront dans maintes directions, au risque de se perdre ou de s’épuiser…

Quelques personnes choisiront d’être accompagnées avec sagesse, à la reconnaissance de leur identité profonde. Cette vitale fluidité animant en elles des aspirations les guidant vers l’exploration consciente et le mieux-être global. Nous avons tous les choix ainsi que le pouvoir de re-choisir…

Chose certaine, vivre en conscience se veut pour moi plus intéressant que lorsque je subissais ma vie, à mon insu. Régulièrement, je m’observe en chemin et je remercie d’être en mouvement. Il est donné à nous tous cette opportunité de joie profonde et de joie de vivre. L’été se veut un bon moment pour s’arrêter et choisir nos outils, afin de poursuivre la route.

Que la saison estivale qui doucement nous mènera vers la rentrée, guide vos pas vers un automne lumineux.