L’âme-soeur

par Dolores Lamarre | le 3 février 2022

L’âme-soeur

Certains y croient, d’autres pas. L’infirmière rationnelle que j’étais n’y croyait pas, et pourtant !

Il se véhicule beaucoup de choses à propos des âmes-sœurs. Je ne m’étais jamais questionné sur l’existence ou non de celles-ci, jusqu’au jour où …

C’est aux alentours de la quarantaine que pour la première fois, ce sujet suscita mon intérêt. Telle la majorité des gens, pour moi l’âme-sœur représentait la personne avec laquelle nous avons des affinités sentimentales. Celle avec qui idéalement partager notre vie et être heureux.

Des milliers de gens sont prêts à investir temps et argent pour la recherche de celle-ci. Vous n’avez qu’à vous balader à travers les médias, pour y découvrir une large variété de services de rencontre. Que ce soit par le biais des journaux, d’internet ou de la télévision, le bonheur se vend à grand coup d’illusion.

Lorsqu’un consommateur déniche la supposée perle rare, ceci ne garantit pas pour autant, qu’il sera plus heureux.

Mais d’où vient cette idée de penser que par l’autre le bonheur naît ?

Ce mot âme-sœur, s’est un jour invité dans ma vie, me permettant d’expérimenter et d’explorer. J’en ai tiré des apprentissages, lesquels j’ai partagé plus tard dans l’un de mes livres : Le couple à son Meilleur.

Selon certaines connaissances anciennes, les âmes-sœurs sont avant tout l’incarnation d’êtres humains, prenant vibratoirement leur origine d’une unique source, leurs polarités étant complémentaires.

Ces dernières portant des caractéristiques spécifiques, présentent des champs d’énergie enveloppant leur corps physique, qui cherchent à se rapprocher comme des aimants, dans une irrésistible danse d’attraction ou de répulsion. Vibrent en elles, certaines fréquences qui leurs sont communes. Une identité vibratoire en quelque sorte, en lien avec leur appartenance à tel ou tel autre groupe de fréquences. Oui, je sais… ça peut paraître huluberlu !

Au contraire de la croyance collective qui soutient l’idée qu’auprès de l’âme-soeur la vie est merveilleuse, rencontrer l’âme sœur n’est pas toujours de tout repos et ne donne pas l’assurance d’un parfait bonheur.

L’objectif premier de la rencontre d’une âme-sœur : servir l’évolution de conscience et l’épanouissement de chacune.

C’est avant tout, par le biais d’une relation significative, que sera facilité pour chacune de ces âmes et personnalités, l’atteinte de niveaux potentiellement constructifs, favorisant alors leur développement. Ce chemin spirituel, les rendant davantage capables d’ouvrir leur cœur et leur conscience, à ce qu’il y a de plus grand et de plus beau : l’Amour, en l’étincelante pureté que ce mot peut susciter de grand et de beau.

Nageons un peu en pleine fiction 😉

Précédant leur venue sur terre, deux âmes-sœurs ayant conclu une entente, qu’elles oublieront ensuite, s’engagèrent à se rencontrer à un moment précis de leur incarnation. Un mouvement d’intensification s’installera ensuite, permettant que s’activent les forces nécessaires à réaliser le parcours de leur destinée, pour tendre à guérir certaines blessures du passé et parfaire leurs talents, si leur conscience éveillée les y encourage.

Selon certaines écoles de mystère, quatre types d’âmes-sœurs, ainsi que divers plans de guérison et de réalisation peuvent se manifester :
– Âme-sœur de guérison,
– Âme-sœur de libération karmique,
– Âme-sœur de soutien et de support,
– Âme-sœur d’accomplissement.

Le contact des deux personnes à travers leurs échanges, les situations de la vie quotidienne rencontrées, leur vécu spirituel propulsant le retour vers soi ou encore la quête de réponses sur la route du bonheur… peuvent enclencher l’éveil des mémoires, qui silencieusement étaient demeurées cachées jusque-là.

Ces mémoires peuvent ensuite s’exprimer spontanément, sans raison apparente, créer des mouvements électrisants pour certaines âmes ou tendre à exploser au cours d’une banale conversation. Si une fusionnelle réciprocité crée attirance et joie paisible, chez d’autres âmes sœurs, un inconfort dérangeant et inexplicable peut bousculer la relation. Ainsi, le couple s’explique difficilement les assauts spontanés de colère ou de peine. Informés de l’existence du phénomène des âmes-sœurs, les partenaires seront plus inconditionnels dans l’expérience évolutive, en autant que les egos et les personnalités lâchent prise.

En contribuant par leur rencontre sur terre à s’élever en Amour et conscience, ces âmes complices contribuent mutuellement à servir leur évolution conjointement ainsi que leur réalisation individuelle.

La rencontre de l’âme sœur, une expérience ici partagée :

« Au même instant, je me sentis très fébrile. Cet état d’être n’avait pour moi rien de familier et n’était associé à aucune attraction physique. Ses yeux me paraissaient familier, … un connu que je ne pouvais expliquer. J’avais spontanément le sentiment de reconnaître cette personne, tout en sachant que je ne l’avais jamais rencontrée auparavant. Nos regards ne purent se détacher. Cela se passa très rapidement et intensément. Je ne pouvais me soustraire à ce regard.

Une force irrésistible me poussa à aller vers lui, me dictant un comportement inhabituel. Au même moment, il s’adressa à moi. Je n’entendais pas vraiment ses paroles. Je me sentais … hypnotisée, ailleurs peut-être dans un autre monde…

Un bourdonnement présent dans ma tête se répandit, comme un courant traversant rapidement tout mon corps. Pour un instant, lequel me sembla l’éternité, l’espace-temps ainsi que le contact avec mes sens et la réalité devinrent inexistants… ».

Lorsque le processus est enclenché, choisir consciemment de cesser la relation peut parfois entraîner des conséquences pénibles pour les conjoints, qui vivront le détachement avec lourdeur et difficulté. Le contrôle n’a d’ailleurs sa place, que pour les activités de gestion et non pour gérer les émotions…

La force d’attraction des âmes-soeurs est intense. Il n’est pas rare que des états de dépendance affective en découlent, naturellement associées avec des blessures du passé à guérir. Cela demande force, courage, amour, conscience pour apprendre à s’aimer et à aimer. La collaboration de ces âmes aide à développer l’état de conscience inconditionnelle, dans l’Amour universel. Lorsque les personnalités s’harmonisent en conscience, un travail subtil améliore le résultat de mieux-être personnel, en moins de temps que chez une âme qui évolue seule.

Ce qui me fait penser que notre quête de l’autre, se veut en premier la recherche d’un état d’harmonie intérieure. Celui dans lequel nous vibrions probablement, avant de prendre corps en notre expérience humaine. Une petite partie, enfouie en soi, se souvient du jeu des rôles. Cependant, étant limités par nos croyances et nos peurs, on ne peut se rappeler de nos engagements passés, ni de nos capacités naturelles et spirituelles.

À se rappeler …

Les âmes-sœurs ne sont pas nécessairement destinées à la vie commune en couple. Il y a des rencontres d’âmes-sœurs dans l’amitié et dans d’autres types de liens relationnels, comme par exemples : parent-enfant, frère-sœur etc. Pour les âmes-sœurs qui s’expriment dans un couple, il n’y a aucune certitude d’harmonie, menant au renforcement et à la continuité de la vie commune. Au contraire, lorsque le mandat de chacune des âmes de potentialiser ensemble l’action d’élévation de conscience se termine, la séparation peut naturellement être le mouvement juste.

Toutefois, dans le cas d’un travail d’élévation en conscience présent chez les deux personnes à travers l’expérience, il s’avère une solidification du couple dans le plus grand respect et amour, quasi inconditionnel… En effet, cette dernière expérience contribuera un pas de plus à l’épanouissement conscient de chacune de ces personnes, lesquelles œuvrent conjointement en processus d’évolution constructive, sur le chemin de la maîtrise personnelle. Le couple se bonifie alors.

Autrement dit, chaque personne ayant libéré ses dites charges consciemment, bénéficiera des effets bienveillants de leur présence mutuelle, en poursuivant une vie de couple plus saine et sans attentes.

On y croit… On n’y croit pas… Et si c’était vrai ?

Heureuse Saint Valentin à tous !

©Dolores Lamarre. Tous droits réservés.